Le reporter enragé (3e édition)

Egon Erwin Kisch

Traduction : Daniele Renon
Cent Pages, 12,00 €

Lire sur le blog de Juliette

Ajouter au panier Ajouté !
Sur la première liste secrète établie par les nazis figurait le nom du reporter Kisch. Il fut arrêté le 28 février 1933 - le lendemain de l'incendie du Reichstag -, une semaine avant ces élections truquées dont Hitler escomptait qu'elles lui permettraient d'extorquer aux Allemands le consentement à la dictature nazie, tandis qu'il agitait l'épouvantail des «incendiaires communistes». Kisch fut envoyé à la forteresse de Spandau puis libéré, après intervention du gouvernement tchèque, et expulsé. L'exil ramène Kisch à son point de départ. C'est à Prague en effet qu'il est né, le 29 avril 1885; son père est un drapier juif. C'est également Prague qui a fourni la matière des premiers travaux de Kisch: échotier à Bohemia, journal pragois de langue allemande, il couvre des affaires criminelles, traite de problèmes sociaux, fait des études de milieu. En sus, il écrit des poèmes, des récits et un roman, Le Pasteur des jeunes filles. En 1923, Kisch publie Classiques du journalisme, une anthologie de «chefs d'oeuvre du journalisme». Dès lors, il n'est plus que reporter - le meilleur de l'époque, bientôt, en Allemagne. Ce sont trois volumes de reportages qu'il publie au milieu des années 1920 qui vont établir sa célébrité: Le reporter enragé (1924), La course à travers le temps (1926) et Aventures aux quatre coins du monde (1927). L'expression «le reporter enragé» devient, à l'époque, une sorte d'image allégorique - elle devait d'ailleurs rester accolée au nom de Kisch jusqu'à la fin de ses jours. Dans ses reportages, Kisch livre au public tout ce qu'il a pu observer au fil de ses voyages à travers l'Europe. Il passe la nuit, déguisé en mendiant, dans un asile pour sansabri à Londres, se joint à des émigrants las de l'Europe, teste des conducteurs de tramways à Berlin et plonge dans l'eau bénite à Lourdes. Il s'entretient aussi avec des marchands de canon, des bourreaux, des flotteurs de bois, Charlie Chaplin. Sous la plume de Kisch surgit une profusion de détails. C'est une multitude de scènes rapides qui se succèdent, d'épisodes, de fondus-enchaînés organisés sur un mode non thématique et montés à la manière d'un film. Au centre: le reporter omniprésent qui commente, procède par associations, persifle et livre une masse de faits à l'étonnement du lecteur.

Autres éditions

Du même auteur